Minerva étant une revue d'Evidence-Based Medicine promeut la diffusion d'une information scientifique indépendante et apporte une analyse critique des publications pertinentes dans la littérature internationale.


Sommaire décembre 2017



Comment traiter une tendinopathie rotulienne ?

Page 241 - page 244 

de Caluwé J-R., Vandeput D., Poelman T.  

Cette synthèse méthodique avec méta-analyse ne permet pas de conclure quant aux traitements de la tendinopathie patellaire. La méthodologie est très faible, et la méta-analyse de l’ampleur de l’effet des différentes interventions est trompeuse. Par analogie avec les résultats d’une précédente synthèse méthodique, la gymnastique médicale excentrique semble meilleure que les autres formes de traitement. Il est nécessaire de poursuivre la recherche sur ce traitement et sur les autres traitements.


Clozapine dans la schizophrénie réfractaire : efficacité prouvée ?

Page 245 - page 248 

Catthoor K.  

Cette synthèse méthodique et méta-analyse, correctement menée, conclut qu’en cas de schizophrénie réfractaire, les symptômes positifs sont mieux soulagés à court terme avec de la clozapine qu’avec d’autres neuroleptiques. Il est nécessaire de poursuivre la recherche en définissant correctement la résistance au traitement et en accordant suffisamment d’attention aux effets indésirables.


Prise en charge du diabète gestationnel avec une combinaison d’interventions sur le mode de vie

Page 249 - page 252 

Benhalima K.  

Cette synthèse méthodique avec méta-analyse, de méthodologie correcte, permet de conclure qu’une combinaison d’interventions sur le mode de vie pour le traitement du diabète gestationnel réduit le risque de macrosomie. Une recherche plus approfondie est nécessaire pour évaluer les éventuels effets à bref et à long terme chez la mère et l’enfant.


Quels sont les traitements efficaces en cas de molluscum contagiosum ?

Page 253 - page 256 

Morren M.A., Poelman T.  

Cette synthèse méthodique de la Cochrane Collaboration montre que les preuves de qualité manquent concernant l’utilisation des traitements courants du molluscum contagiosum chez les enfants et les adolescents immunocompétents. Il existe néanmoins suffisamment de faits probants contre l’utilisation d’une crème d’imiquimod, au vu de l’absence d’effet et de la survenue de réactions cutanées locales parfois graves. Il y a un besoin urgent d’études méthodologiquement bien conçues avec le curetage et la cryothérapie.


Faut-il arrêter les antiagrégants plaquettaires avant une opération non cardiaque ?

Page 257 - page 260 

De Cort P.  

Cette synthèse méthodique et méta-analyse d’études principalement d’observation ne permet pas de conclure sur le risque de saignement ou de thrombose lorsque les antiagrégants sont poursuivis lors d’une opération non cardiaque. Il est nécessaire de poursuivre la recherche sur le risque de saignement spécifique à certaines opérations où il est particulièrement accru ainsi que sur le risque de complications thrombotiques chez les patients présentant un risque cardiovasculaire accru.


Qu’est-ce qu’une étude pré-post ?

Page 261 - page 262 

Michiels B.  


Editorial


Interaction entre prise en charge formelle et informelle : la combinaison gagnante


 

Bien planifier la sortie de l’hôpital est un élément essentiel de l’efficacité et de la sécurité du « processus transmural » c’est- à- dire le passage du patient de l’hôpital au domicile. A ce propos, le rôle de la prise en charge dite informelle, les personnes qui, sans rétribution, assistent le patient dans ses activités quotidiennes, et assument parfois aussi des soins médicaux et du soutien émotionnel, n’a encore jamais été commenté dans la revue Minerva. La prise en charge informelle est le plus souvent assurée par une ou plusieurs personnes de l’entourage direct du patient en lien social avec lui. Dans la plupart des cas, il s’agit d’un membre de la famille, mais il peut aussi s’agir de bénévoles d’une association de patients ou de voisins engagés (1).

 

Une récente méta-analyse (2) a rassemblé les résultats de 15 études randomisées contrôlées (dont 7 menées aux États-Unis), dans lesquelles les intervenants informels avaient été impliqués dans la décision concernant le départ du patient de l’hôpital. Elle a analysé un certain nombre de critères de jugement solides : la probabilité d’une réadmission, le délai avant la réadmission et les frais de santé encourus par le patient directement après sa sortie de l’hôpital. Le groupe cible était une population de patients âgés de plus de 65 ans vulnérables en raison d’un risque accru de polymédication et de recours à des soins plus intensifs (3). Les interventions évaluées étaient très hétérogènes et concernaient principalement différents aspects des soins, comme la remise de documents à la sortie de l’hôpital pour le médecin généraliste (ce qui se fait en routine dans notre contexte de soins) et l’élaboration de plans de soins. Dans certains cas, il s’agissait d’une réconciliation médicamenteuse. Des démonstrations sur vidéo et l’application des techniques de teach back avec l’intervenant informel ou le patient ont aussi été utilisées. Dans le teach back, le membre de l’entourage ou le patient est invité à reformuler le message pour s’assurer qu’il l’a suffisamment compris. Dans certaines études, un suivi à distance était également assuré (au moyen d’entretiens téléphoniques ou lors de visites) une semaine à 3 mois après le départ du patient de l’hôpital. L’ensemble des résultats de 5 études hétérogènes a montré que la probabilité d’une réhospitalisation après 180 jours avait diminué de 24% (risque relatif (RR) 0,76 avec IC à 95% de 0,64 à 0,90 ; I2 = 30,8%) lorsque l’intervention sur la prise en charge informelle avait été couplée à la prise en charge formelle, versus l’absence d’inclusion de l’entourage. Ce résultat positif ne permet toutefois pas de déterminer quelle intervention est la plus efficace dans quelles situations cliniques.

 

Il est important de faire remarquer que l’aide apportée à l’entourage doit s’inscrire dans le contexte des soins existants. En Belgique, les soins nécessaires à la sortie du patient de l’hôpital, sont généralement prodigués par le réseau étendu de soins à domicile et par des infirmières à domicile. Comme les hospitalisations sont de plus en plus courtes, cette prise en charge extramurale par l’entourage a tendance à s’intensifier encore. Ainsi, les hôpitaux promeuvent actuellement dans certains cas la poursuite d’une antibiothérapie intraveineuse en dehors de l’hôpital, ce qui nécessitera une bonne communication et une bonne organisation. Certains produits sont fournis par les services de soins à domicile, d’autres seront à aller chercher directement à l’hôpital, et d’autres encore sont fournis par le pharmacien d’officine (4). Un autre exemple de l’importance de l’intégration des soins informels est l’organisation des soins de stomie (5,6). Dans ce contexte, l’intervention de prestataires de soins sans formation médicale n’est pas extensible à l’infini. Nous devons donc veiller aux capacités du patient et de son entourage, et il faut en outre aussi prendre en compte la résistance de l’entourage et veiller à sa qualité de vie (5-10).

 

La méta-analyse a aussi évalué les économies potentielles que permettraient les interventions envers l’entourage. Les résultats ne sont pas unanimes. Sur les 7 études, seules 4 études prenaient les coûts en compte (toutes menées aux États-Unis). Elles ont montré une diminution statistiquement significative des coûts directs en rapport avec la santé durant la période suivant la sortie de l’hôpital (par exemple du fait d’une moindre probabilité de réhospitalisation et d’une réduction des coûts de réhospitalisation). Cet avantage n’a pas été confirmé dans les autres études économiques. Le débat reste donc ouvert à ce propos. En effet, la prise en charge informelle peut avoir des répercussions économiques sur l’entourage. L’investissement en temps des membres de l’entourage informels signifie parfois qu’ils doivent s’absenter de leur travail ou engager des dépenses supplémentaires pour la garde des enfants afin de pouvoir soigner un parent âgé. On pourrait assimiler ces aides informelles par les proches à des soins professionnels à moindre coût. Ces coûts engendrés en prestations de soins non rémunérées sont appelés shadow price (coûts cachés) (11).

 

Conclusion

L’intégration des soins informels dans la planification de la sortie de l’hôpital des patients âgés est justifiée en termes de sécurité et d’efficacité. Une récente méta-analyse montre que dans ce cas la probabilité de réhospitalisation diminue, indépendamment de l’intervention proposée et du tableau clinique. Cette intégration de la prise en charge informelle doit cependant s’inscrire dans le cadre d’un réseau de soins à domicile formels étendus, et il convient d’accorder suffisamment d’attention aux capacités du patient et de son entourage.

 

 

Références 

  1. USLegal. Informal Caregiver Law and Legal Definition. URL : https://definitions.uslegal.com/i/informal-caregiver/ (site web consulté le 2/11/2017).
  2. Rodakowski J, Rocco PB, Ortiz M et al. Caregiver integration during discharge planning for older adults to reduce resource use: a metaanalysis. J Am Geriatr Soc 2017;65:1748-1755. DOI: 10.1111/jgs.14873
  3. Slabaugh SL, Maio V, Templin M, Abouzaid S. Prevalence and risk of polypharmacy among the elderly in an outpatient setting. Drugs Aging 2010;27:1019-28. DOI: 10.2165/11584990-000000000-00000
  4. Ravelingien T, Buyle F, et al. Een praktisch model voor thuisbehandeling met intraveneuze antibiotica therapie. Farmaceutisch Tijdschrift voor België 2016;3:22-31.
  5. Crismer A. Efficacité d’une alimentation par gastrostomie sur la qualité de vie des patients et des aidants ? MinervaF 2017;16(7):176-9.
  6. Kurien M, Andrews R, Tattersall R, et al. Gastrostomies preserve but do not increase quality of life for patients and caregivers. Clin Gastroenterol Hepatol 2017;15:1047-54. DOI: 10.1016/j.cgh.2016.10.032
  7. Cameron JI, Chu LM, Matte A, et al. RECOVER Program Investigators (Phase 1: towards RECOVER); Canadian Critical Care Trials Group. One-year outcomes in caregivers of critically ill patients. N Engl J Med 2016;374:1831-41. DOI: 10.1056/NEJMoa1511160
  8. Vermandere M. Soutien de l’aidant proche : nécessité d’une prise en charge individualisée. Minerva bref 14/07/2017.
  9. Vermeulen B. Intervention psychosociale à composantes multiples en cas de maladie d’Alzheimer légère ? MinervaF 2013;12(8):95-6.
  10. Waldorff FB, Buss DV, Eckermann A, et al. Efficacy of psychosocial intervention in patients with mild Alzheimer’s disease: the multicentre, rater blinded, randomised Danish Alzheimer Intervention Study (DAISY). BMJ 2012;345:e4693. DOI: 10.1136/bmj.e4693
  11. Oostenbrinck JB, Koopmanschap MA, Rutten FFH. Handleiding voor kostenonderzoek, methoden en richtlijnprijzen voor economische evaluaties in de gezondheidszorg. College voor zorgverzekeringen, Amstelveen, 2000.

 

 


Télécharger le numéro complet au format pdf


Dernière mise à jour du site : 15/12/2017